Né en 1982, Thomas Tronel-Gauthier, représenté par la galerie 22,48 m² à Paris, développe une pratique protéiforme de la sculpture convoquant à tour de rôle l'objet, l'installation, la peinture, la photographie et la vidéo.
Son travail questionne l'origine des choses et des formes, interroge les matériaux et leur devenir, les liens qu'entretiennent l'homme et la nature, tout en posant un regard sur le paysage et l'expérience du voyage. Il propose ainsi une approche sensible et empirique de ce que la science nomme « morphogénèse » et défie le caractère pérenne des instants les plus éphémères de notre monde.
Exposé au Salon de Montrouge en 2010, Lauréat en 2011 du "Soutien pour le développement d'une recherche artistique" attribué par le Centre National des Arts Plastiques, il part en résidence en 2012 sur l'île marquisienne d'Hiva Oa (Polynésie Française). Cette expérience insulaire atypique continue d'alimenter ses réflexions et son imaginaire.
Suite à l'obtention du Salomon Foundation Residency Award 2016, il installe son atelier à New York pour une résidence de six mois à l'International Studio & Curatorial Program.
Parmi ses expositions personnelles récentes on peut citer : Le Temps d'un sillage - Fondation Bullukian, Lyon / Prix de Sculpture 2016 de la Fondation de l'Olivier ; FIAC OFFICIELLE - Cité de la Mode et du Design (2015) ; Parcours Saint-Germain 2015 chez Heschung ; An Echo A Stone - galerie My Monkey, Nancy (2015) ; Ce que j'ai vu n'existe plus - galerie 22,48m², Paris (2015).